FERRARA (A.)


FERRARA (A.)
FERRARA (A.)

FERRARA ABEL (1951- )

Dès ses débuts, à l’aube des années 1980, Abel Ferrara se forge une réputation enviable dans le cercle des cinéphiles américains amateurs de séries B. Son statut, d’abord lié à un phénomène typiquement new-yorkais (il est né dans le Bronx), passe progressivement de celui de cinéaste culte à celui d’auteur, avec l’affirmation d’un style et d’un univers de plus en plus personnels, que consacre la reconnaissance internationale à partir des années 1990. Au moment même où le cinéma indépendant américain perd ses repères artistiques et économiques, Abel Ferrara semble avoir l’ambition d’en incarner aujourd’hui à lui seul l’authenticité, mais aussi la mythologie, revendiquant sa marginalité avec intransigeance, tout en faisant preuve d’un talent certain pour donner à sa carrière un considérable écho médiatique.

Les premiers films d’Abel Ferrara reposent sur des scénarios dont la fantaisie outrée témoigne de sa manière d’apprécier au deuxième degré le cinéma de genre le plus mineur. Dans The Driller Killer (1979), le cinéaste interprète lui-même (sous le pseudonyme de Jimmy Lane) un peintre qui, pris de folie, massacre clochards et drogués à la perceuse électrique. Dans L’Ange de la vengeance (MS 45 , 1981), une jeune couturière muette, violée par deux fois, tue au colt 45 les hommes qu’elle rencontre. D’emblée, Ferrara se distingue du tout-venant de ce genre de productions par une utilisation parfois originale de la bande-son (soumise à des ruptures à la Godard, un de ses maîtres) et par un lyrisme sec, qui fait naître un climat d’abstraction, voire de surréalisme. C’est aussi, déjà, à une lutte entre le Bien et le Mal qu’on assiste, sanglante mais surtout spirituelle et allégorique. New York deux heures du matin (Fear City , 1984), un thriller mené par un personnage de serial killer, joue avec les figures imposées pour organiser une ronde étrange entre le sexe, l’argent et la mort. Ferrara reviendra au film policier en 1989 avec Cat Chaser , après avoir donné dans China Girl (1987) sa version de l’histoire de Roméo et Juliette, transposée à New York, où s’affrontent gangs chinois et italiens. La nervosité de sa mise en scène, la noirceur de sa peinture du monde urbain caractérisent alors principalement sa signature.

King of New York (1990) marque le passage à la maturité, avec le désintérêt croissant pour le scénario (un motif, une idée suffisent: ici, à nouveau, la montée de la violence entre gangs), l’écriture et la narration se faisant de plus en plus par le biais de la mise en scène et du montage. La drogue entraîne les personnages de King of New York dans une folie meurtrière, mais aussi dans des hallucinations proches d’un certain mysticisme. Cet opéra funèbre est le plus beau «film de genre» de Ferrara, qui explorera encore cette veine, du côté du cinéma fantastique cette fois, avec Body Snatchers (1993), œuvre de commande (remake de L’Invasion des profanateurs de sépultures de Don Siegel), puis avec The Funeral (1996), vision assez surprenante de la «saga familiale mafieuse», réduite à un huis clos paranoïaque autour d’un cercueil. The Addiction (1995), tout en utilisant le canevas d’un film de vampires, est un objet plus singulier, plus habité aussi par l’énergie et le désir du cinéaste, qui y livre de manière à la fois crue et baroque une métaphore de la dépendance à la drogue, nouvelle déclinaison de ce qui est devenu son thème de prédilection: la destruction. Bad Lieutenant (1992), descente en enfer d’un policier intoxiqué par la cocaïne et l’alcool, Snake Eyes (1993), désintégration d’un couple pendant le tournage d’un film, et The Blackout (1997), qui reprend une situation identique sous une forme épurée et plus mentale, disent une même fascination pour la chute, l’anéantissement de l’individu et la déliquescence des liens humains. Des tourments qui entraînent dans leur chaos la religion, le mirage de la pureté et celui du rachat – éléments parfois quelque peu décoratifs, mais dont le cinéaste ne feint pas d’être préoccupé. Cette hémorragie de la vie est aussi celle de la fiction dans ces films où Ferrara invente son cinéma vérité à travers l’improvisation, mais aussi en utilisant des scènes de répétition ou des moments volés sur le plateau entre deux plans. Il en résulte un sentiment de mise en danger, pour le cinéaste, pour le spectateur et pour les acteurs, même et surtout lorsqu’on a affaire a des stars: en dirigeant Madonna dans Snake Eyes , puis Béatrice Dalle et Claudia Schiffer dans The Blackout , Abel Ferrara a éprouvé et prouvé sa résistance aux codes du cinéma dominant, entraînant ces icônes populaires dans son monde intérieur, sans en atténuer le désespoir ni la noirceur.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Ferrara — Ferrara …   Deutsch Wikipedia

  • Ferrara — Saltar a navegación, búsqueda Ferrara Escudo …   Wikipedia Español

  • FERRARA — FERRARA, city in N. central Italy, with an ancient and renowned Jewish community. An inscription dating from Roman times and a document of 1088 may relate to local Jewish life. Privileges enjoyed by Jews were recorded in 1275. In the same century …   Encyclopedia of Judaism

  • Ferrara — • Archdiocese immediately subject to the Holy See Catholic Encyclopedia. Kevin Knight. 2006. Ferrara     Ferrara     † …   Catholic encyclopedia

  • Ferrara — es un municipio de 130.461 habitantes, capital de la provincia homónima de Italia. La ciudad mantiene la estructura urbanística del siglo XIV, época en la que gobernaba en la ciudad la familia de los Este. Ferrara es patrimonio de la humanidad. * …   Enciclopedia Universal

  • FERRARA (F.) — Franco FERRARA 1911 1985 Figure énigmatique de la direction d’orchestre contemporaine, pratiquement inconnu du grand public, Franco Ferrara était considéré dans le monde musical comme l’un des maillons essentiels d’une discipline en pleine… …   Encyclopédie Universelle

  • Ferrāra [2] — Ferrāra, Hauptstadt der gleichnamigen ital. Provinz (s. oben), in sumpfiger, aber fruchtbarer Ebene, nur 2,4 m über dem 50 km entfernten Meer, an einem Arme des Po, an den Eisenbahnlinien Padua Bologna, F. Rimini und F. Suzzara, hat breite,… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Ferrara — Fer*ra ra, n. A sword bearing the mark of one of the Ferrara family of Italy. These swords were highly esteemed in England and Scotland in the 16th and 17th centuries. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Ferrāra [1] — Ferrāra, 1) ehemaliges Herzogthum in Italien, s. Ferrara (Gesch.); 2) Legation des Kirchenstaats, grenzt im W. an die Legation Bologna u. an Modena, im N. an die Lombardei u. Venedig davon durch den Po geschieden), im O. an das Adriatische Meer u …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Ferrara — (Gesch.). F. ist das Forum Allieni, lange ein bloßes Dorf, wurde es erst 604 n. Chr. mit Mauern zur Vertheidigung gegen die Longobarden umgeben; zur Stadt wurde es erst in der Mitte des 7. Jahrh. unter Papst Vitalian erhoben. Es gehörte zum… …   Pierer's Universal-Lexikon


We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.